Personnes à vélo dans une rue inondée

Changement climatique et santé : une préoccupation universelle

  1. Accueil
  2. Notre Responsabilité
  3. Changement climatique et santé : une préoccupation universelle

Le changement climatique est au centre de nos conversations depuis des années, il mobilise les chefs d’État, fait l’objet de traités internationaux et impacte la vie quotidienne de la population mondiale. Nous recyclons une partie de nos déchets, calculons notre empreinte carbone et, dans des situations extrêmes, nous sommes confrontés à des inondations catastrophiques qui touchent nos lieux de vie et notre subsistance. Enfin, le changement climatique est l’un des plus grands défis de santé de notre siècle.

Entre 2030 et 2050, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) s’attend à ce que le changement climatique entraîne près de 250 000 décès supplémentaires par an : 48 000 dus à la diarrhée, 60 000 au paludisme, 95 000 à la sous-alimentation des enfants et 38 000 à l’exposition à la chaleur des personnes âgées1.

Les effets dévastateurs des vagues de chaleur sur la santé humaine sont bien connus et contribuent directement à la mortalité par maladies cardiovasculaires ou respiratoires, en particulier chez les personnes âgées. Lors de la canicule de l’été 2003 en Europe, on a ainsi enregistré plus de 70 000 décès supplémentaires.

Infographie sur les effets du changement climatique sur la santé

Les effets directs les plus évidents du changement climatique sont l’augmentation du stress lié à la chaleur, des inondations, de la sécheresse et des phénomènes météorologiques extrêmes comme les cyclones. Mais il s’accompagne également d’effets indirects tels que la pollution atmosphérique, la propagation des maladies transmises par des vecteurs comme les moustiques, les déplacements de population, et les états de stress post-traumatique causés par les catastrophes naturelles.

Si le changement climatique persiste, notre planète pourrait devenir un lieu très différent et difficile à vivre à l’avenir. Au cours des prochaines années, ce phénomène pourrait accélérer la dégradation des sols et réduire radicalement les terres agricoles d’ici à 2050. Il pourrait aussi entraîner un appauvrissement des ressources en eau. L’écart entre les besoins en eau et les ressources disponibles pourrait atteindre 40 % au cours des prochaines décennies, avec de graves conséquences sur la capacité des populations à se nourrir et, partant, sur leur santé.

Nous sommes tous affectés par le changement climatique, mais comme c’est souvent le cas son impact est beaucoup plus grave pour les populations vulnérables des pays émergents, où les infrastructures sanitaires sont moins robustes et les régions touchées particulièrement étendues. C’est notamment le cas de certains pays d’Asie, comme le Bangladesh, et l’Afrique sub-saharienne où la sécheresse a provoqué une pénurie de denrées alimentaires.

Dans deux ans, en 2020, on s’attend à ce que 60 millions de personnes migrent des régions impactées d’Afrique sub-saharienne vers l’Afrique du Nord et l’Europe, ce qui aura des conséquences extrêmement négatives sur la crise migratoire mondiale que nous connaissons déjà aujourd’hui.

Maladies impactées par le changement climatique

Infographie sur les maladies influencées par le changement climatique

Maladies cardiovasculaires et respiratoires

Les températures caniculaires et la pollution atmosphérique augmentent les risques de maladies cardiovasculaires et respiratoires. Les canicules et les nombreux décès qu’elles ont causés parmi les personnes âgées (70 000 en Europe en 2003) en sont les exemples les plus frappants. La pollution tend également à augmenter le risque de crises d’asthme. L’OMS évalue à près de 235 millions le nombre de personnes asthmatiques dans le monde actuellement. L’asthme est également la maladie chronique la plus fréquente chez l’enfant, mais la plupart des décès causés par cette maladie surviennent chez les adultes.

Allergies

La pollution atmosphérique est actuellement responsable de sept millions de décès prématurés par an selon l’OMS. Les maladies respiratoires et dermatologiques ont également considérablement augmenté au cours des dernières décennies. Ces maladies sont causées, selon toute vraisemblance, par l’augmentation de la pollution, les émissions de CO2 contribuant à accroître la virulence des pollens et leur diffusion.

Maladies à transmission vectorielle

Les maladies à transmission vectorielle, transmises par des vecteurs comme les moustiques, font l’objet d’une attention particulière. Sous l’effet du réchauffement climatique, la répartition géographique des moustiques s’étend et la prévalence de certaines maladies, comme la dengue ou les infections à virus chikungunya, pourrait augmenter significativement. Les chercheurs estiment d’ailleurs que la capacité des moustiques porteurs du virus de la dengue à transmettre cette infection a augmenté de 9,4 % depuis 1950. Au Cambodge, par exemple, un pays où la saison des pluies a été plus longue cette année, une corrélation très nette a été établie entre ce phénomène météorologique et la recrudescence des cas de paludisme.

Maladies saisonnières

Les virus, comme ceux de la grippe, ne résistent pas aux températures et variations météorologiques extrêmes et leur présence dans l’environnement a tendance à être relativement courte. Si les écarts saisonniers de températures deviennent moins marqués, les maladies saisonnières pourraient être plus persistantes tout au long de l’année.

Se battre pour l’avenir

D’ici à la fin du siècle, si nous ne parvenons pas à réduire les émissions de gaz à effet de serre, la température de la planète augmentera de plus de 4,5°Celsius avec des conséquences alarmantes sur l’environnement et la population mondiale. Tout l’enjeu actuel est de limiter l’augmentation de la température mondiale à 2°Celsius.

La plupart d’entre nous sommes conscients des mesures qu’il est possible de prendre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Adopter des sources d’énergie plus propres et encourager l’utilisation des transports en commun figurent parmi les quelques mesures concrètes qui peuvent contribuer à réduire la pollution atmosphérique.

Les organisations internationales sont aussi de plus en plus sensibilisées à leur empreinte carbone. Sanofi s’engage au travers de son programme Planet Mobilization à lutter contre les perturbations que provoque le changement climatique et a mis en œuvre des plans d’action concrets couvrant tout le cycle de vie de ses produits, depuis la R&D, en passant par la fabrication et le marketing, jusqu’à leur utilisation par les patients et l’élimination des produits pharmaceutiques non utilisés ou périmés.

Les activités de Sanofi et leur impact sur la santé des populations engagent sa responsabilité. Notre entreprise déploie des programmes de gestion de l’énergie et de son empreinte carbone, des ressources en eau, des déchets, des produits pharmaceutiques dans l’environnement et de la biodiversité.

Les actions de Sanofi

Infographie sur les actions de Sanofi

Pour en savoir plus

References

  1. http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs266/fr/