Portrait de Amal Makhloufi Benchouk

Women@Sanofi

En Conversation avec … Amal Makhloufi Benchouk, Directrice Générale et Directrice Pays Philippines

Women@Sanofi rend hommage aux femmes qui font carrière chez Sanofi et  travaillent avec passion et engagement avec leurs équipes pour proposer des solutions de santé à toutes et à tous, partout dans le monde. Au travers d’entretiens avec certaines d’entre elles, vous  découvrirez leur personnalité, leurs motivations et la riche diversité des cultures et points de vue qu’elles incarnent.  Ces femmes vont de l’avant, repoussent les frontières du possible et sont à elles toutes l’incarnation de notre engagement et des actions que nous menons pour favoriser l’égalité hommes-femmes.

Cette deuxième série de Women @ Sanofi aborde les enjeux de la diversité des cultures et des nationalités, ainsi que la volonté de nos dirigeantes de garantir un environnement  de travail ouvert et favorisant l’inclusion de toutes et tous.

Amal est un médecin et possède plus de 20 ans d’expérience dans le secteur pharmaceutique où elle a exercé des responsabilités dans le domaine des ventes et du marketing. Originaire d’Algérie, Amal est diplômée de la faculté de médecine de l’université d’Alger. Amal a rejoint Sanofi en 1999 en tant que délégué médical en Algérie. Depuis, Amal a exercé divers rôles en ventes, marketing, business intelligence et gestion de projets au sein de Sanofi. Avant d’être nommée Directrice Générale et Directrice Pays aux Philippines, Amal était en charge des opérations pour la filiale de Sanofi en Algérie.

Amal est passionnée par la santé, ainsi que par l’impact et la contribution de Sanofi a la société. Avant de rejoindre Sanofi, Amal était médecin urgentiste en Algérie, et a a cœur d’aider les autres et d’améliorer la vie des patients.

Pour célébrer la 44ème Journée internationale des femmes, nous nous sommes entretenus avec Amal sur la question de la parité hommes-femmes, au travail et dans sa vie personnelle. 

Quel enfant étiez-vous?

J’ai grandi dans une famille de 5 enfants – j’étais la 3eme dans une fratrie composée de trois filles et deux garçons. Je me battais beaucoup – ne serait-ce que pour trouver ma propre place ! A l’école, mes parents nous ont toujours poussés à étudier et avoir des diplômes. Mon père nous répétait : « Obtenez d’abord vous diplômes, ensuite vous serez libres de faire ce que vous souhaitez ». Il le répétait surtout à ses trois filles – pour que nous puissions être indépendantes dans un environnement majoritairement masculin à l’époque.

Quel a été votre parcours professionnel ?

J’ai toujours voulu être médecin. Ma préférence était de devenir soit gynécologue – car j’ai toujours été fascinée par le fait que les femmes puissent donner la vie – soit pédiatre car j’adore les enfants.


Je suis entrée en école de médecine dans les années 90 en Algérie. C’était une période difficile pour mon pays, et également pour moi personnellement, car j’ai perdu l’un de mes frères dans une explosion. A ce moment-là, j’ai décidé d’arrêter mes études et de devenir médecin urgentiste, pour agir et aider les autres autour de moi, dans cette période difficile. 

Après quelques années dans ce contexte stressant, j’ai réalisé que je pouvais aider à une échelle plus grande, et dans un environnement plus sûr, en rejoignant Sanofi.

 

Qu’est-ce qui vous a amenée aux Philippines?

Vivre à l’étranger a toujours été un rêve pour moi : faire l’expérience d’un nouvel environnement et découvrir une culture différente. L’Asie était mon choix numéro 1 – du fait des opportunités innombrables de faire une différence en matière de santé.

Je suis très excitée de pouvoir donner cette opportunité à mes enfants – de devenir des citoyens du monde. Et j’étais très surprise de voir qu’après 6 mois seulement ma fille peut maintenant converser en anglais, alors qu’elle ne pouvait dire que quelques mots il y a peu !

Etait-ce facile de changer de pays?

Quitter l’Algérie pour les Philippines n’a pas été facile. D’abord parce que j’avais passé toute ma carrière en Algérie.

Au début mon mari était hésitant. Mais grâce à ma détermination et mon envie de réussir, il m’a fait confiance, et a également réalisé que c’était le meilleur choix pour notre famille. Il a quitté son travail pour nous permettre ce changement et pour s’occuper de nos enfants.

En tant qu’algérienne, je suis assez directe et proactive. En arrivant aux Philippines, où les gens sont plutôt décontractés, extrêmement gentils, et parfois en apparence passifs, j’ai fait de mon mieux pour m’adapter à cette nouvelle culture. J’ai essayé de m’adoucir sans pour autant faire de compromis quant à mes attentes!

Qui ont été vos modèles?

Tout d’abord mes parents. Ma mère, qui a arrêté de travailler pour s’occuper de ses enfants. Elle m’a transmis son courage, sa combativité, et sa joie de vivre. C’est l’une des personnes les plus positives que je connaisse. Mon père était un homme politique qui a travaillé dur pour son pays. J’ai toujours admiré son charisme, son leadership et ses valeurs de travail et d’éthique.

Je dois dire que dans ma carrière, mes modèles ont quasi toujours été des hommes. Etre une femme leader n’est pas encore si commun que ça. En tant que Directrice Générale des Philippines, je souhaite montrer à mes équipes un autre style de management, en leur donnant des responsabilités, en les inspirant et en étant au plus près d’eux.

 

Que signifie la parité hommes-femmes pour vous?

Pour moi, il s’agit de donner les mêmes chances aux hommes et aux femmes. Mais cela ne suffit pas. Il faut encourager et soutenir les femmes pour saisir les opportunités. C’est encore difficile pour les femmes d’atteindre certaines postes.

Il faut réaliser que la vie est parfois plus compliquée pour les femmes. Nous devons penser et gérer tellement de choses en même temps. La charge mentale des femmes est un vrai sujet.

Comme ma mère l’a fait, je souhaite inspirer ma fille et la nouvelle génération pour accompagner cette évolution. 

Quels conseils donneriez-vous à des femmes qui aspirent à plus de responsabilités?

Ne vous limitez pas. En tant que médecin, voici mon ordonnance pour le succès !

D’abord – rêvez ! Soyez réaliste, déterminée - avec du courage, du travail et de la ténacité tout est possible. 

Ensuite – la vie est courte. Ne perdez pas de temps, profitez et concentrez-vous sur l’important.

Et enfin – n’ayez pas peur de l’échec. Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort.

 

Ce site utilise des cookies pour mesurer son audience et nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

En savoir plus
OK