global health

La santé par-delà les frontières

La maladie frappe sans discrimination ni distinction d’âge, de race, de richesse ou de convictions. En revanche, la possibilité de consulter un médecin, d’avoir accès à des traitements ou de faire entendre sa voix varie considérablement selon le pays où l’on vit. Grâce au travail que nous menons en étroite collaboration avec nos partenaires locaux partout dans le monde, nous avons acquis une connaissance de première main des obstacles qui empêchent les populations de bénéficier des soins de santé dont elles ont besoin, que cela soit dû à leur éloignement géographique des infrastructures de santé ou à la rareté des maladies auxquelles elles sont exposées. 

Nous contribuons à l’amélioration de l’accès aux soins pour les populations les plus isolées des pays à revenu faible et intermédiaire et continuons de lutter contre les maladies négligées et infectieuses, tout en collaborant avec différents acteurs de la communauté internationale dans le but de renforcer nos efforts pour promouvoir la prévention et proposer des solutions thérapeutiques.  

En octobre, Sanofi va participer à plusieurs réunions internationales de premier plan dédiées à la santé dans le monde. La première d’entre elles, la Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial, se tiendra à Lyon, et Sanofi y sera représentée par Kathleen Tregoning, Vice-Président Exécutif, Affaires Externes. Le Fonds Mondial, qui s’est donné pour objectif est de recueillir 14 milliards de dollars afin de venir à bout des épidémies du sida, de la tuberculose et du paludisme à l’horizon 2030, collabore activement avec le secteur pharmaceutique pour lutter contre ces maladies et mettre des innovations cliniques à la disposition des patients les plus touchés.  

Dans le courant du mois d’octobre, David Loew, Vice-Président Exécutif de Sanofi Pasteur, participera pour sa part au Sommet mondial de la santé à Berlin, l’une des principales tribunes internationales dédiées à la santé mondiale. Il y prononcera une allocution liminaire et interviendra également sur le thème de la pérennité des systèmes de santé et de la nécessité de combler les lacunes en matière de vaccination (« Sustainability of Healthcare Systems: Closing the Gap of Immunization »), lacunes qui peuvent être dues, entre autres, au vieillissement  – notre article sur les inégalités en matière de vaccination revient sur les raisons pour lesquelles la couverture vaccinale est insuffisante chez les personnes de plus de 60 ans  partout dans le monde – ou aux difficultés d’accès aux vaccins dans les zones de conflit.   

Latif Syed  connaît bien l’impact des conflits sur l’accès aux vaccins dans son pays. Agent de vaccination pendant 20 ans, Latif a été grièvement blessé dans un attentat perpétré en 2013 par les Talibans contre son centre de vaccination et son école au Pakistan, l’un des trois pays d’endémie pour la polio dans le monde.

Malgré ses blessures, Latif a survécu et, en 2016, il a visité les locaux de Sanofi Pasteur pour mieux comprendre la fabrication des vaccins et utiliser ces connaissances pour lever les réticences des familles à l’égard de la vaccination. Inspiré par son courage et sa résilience, Sanofi s’est engagée à aider financièrement Latif à reconstruire l’école et le centre de vaccination et fin septembre, David s’est rendu à Karachi pour assister à leur inauguration. 

La résilience de Latif est essentielle pour développer les solutions de demain et bâtir des systèmes de santé pérennes dans les pays où l’accès aux soins, les compétences locales et le financement posent problème. Elle est également l’un des principaux ressorts des recherches scientifiques sur lesquelles se fondent le développement de nos médicaments. 

L’an dernier, nous avons célébré l’avis favorable que l’Agence européenne des médicaments a rendu au sujet du féxinidazole, un nouveau médicament par voie orale pour le traitement de la maladie du sommeil, qui a marqué l’aboutissement de 20 ans de recherche médicale dans le cadre de collaborations internationales. 

Sanofi a fait don du féxinidazole à l’Organisation Mondiale de la Santé. Des lots de ce médicament, qui a obtenu une autorisation de mise sur le marché en République Démocratique du Congo  (RDC) en janvier, devraient être livrés à Kinshasa (RDC) avant la fin de l’année. La RDC est très durement frappée par cette maladie dévastatrice qui menace la vie de plus de 65 millions de personnes en Afrique sub-saharienne. Faute de diagnostic et de traitement, la maladie du sommeil peut être mortelle. 

Comme Kathleen l’a expliqué lors de l’Assemblée Mondiale de la Santé en mai dernier, le modèle philanthropique était nécessaire dans ce cas précis compte tenu de l’absence de marché, non sans préciser que la philanthropie ne constituait pas une solution durable  si nous voulons pérenniser la portée mondiale de nos actions ; seule prime en effet la mise en place de systèmes de santé durables avec nos partenaires et collaborateurs. Cela revient, autrement dit, à investir dans la formation à l’échelle locale, à éduquer les jeunes générations, à développer des outils numériques pour améliorer le suivi des patients et à faire parvenir les traitements à ceux et celles qui en ont besoin.  

La durabilité des actions est également un enjeu dont il importe de tenir compte car son absence constitue un obstacle à l’éradication complète de certaines maladies, surtout lorsque la lassitude des donateurs et  le fléchissement des volontés empêchent les traitements de parvenir à leurs destinataires finaux. Au cours du Sommet Mondial de la Santé de Berlin, Sanofi et son partenaire, la Drugs for Neglected Diseases initiative, un organisme de recherche et développement à but non lucratif, organiseront un atelier sur les moyens à mettre en œuvre pour parvenir à l’élimination durable des maladies tropicales négligées et plus particulièrement de la maladie du sommeil (How to ensure sustainable elimination of NTDs: a focus on sleeping sickness), À Berlin, Sanofi organisera également une table ronde dédiée à la santé numérique (Digital Health: Shaping Society and the Modern Economy). Cet événement sera l’occasion de réfléchir à la manière dont la technologie brouille les frontières entre les mondes physique, biologique et digital en réponse aux impacts financiers qu’une population mondiale vieillissante de plus en plus nombreuse exerce sur la santé.  

La prochaine étape, s’agissant du développement de solutions digitales, mais aussi de l’ensemble des initiatives que Sanofi déploie en matière de santé mondiale, consiste à assurer notre rôle au sein des collaborations internationales pour promouvoir des solutions durables, des innovations concrètes et l’intensification de leur déploiement.

 

Ce site utilise des cookies pour mesurer son audience et nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

En savoir plus
OK