Se faire vacciner, c’est aussi protéger les autres



Nous passons des échographies, sécurisons notre maison et apprenons à nager à nos enfants, tout cela dans le but de les protéger. La vaccination constitue l’un des moyens les plus efficaces de protéger ceux qui nous sont chers, car elle crée une barrière protectrice pour toutes les générations, des nouveau-nés aux grands-parents.

L’immunité collective (qui se met en place lorsque la majorité de la population est protégée contre un virus ou une bactérie par la vaccination1) crée une « bulle » de protection, notamment autour des bébés de moins de six mois pour lesquels le risque de développer une maladie infectieuse est très élevé et qui n’ont pas encore l’âge requis pour être intégralement protégés par la vaccination. L’immunité collective protège également les personnes qui ne sont pas en mesure d’être vaccinées, telles que les personnes immunodéprimées et celles dont l’état de santé est trop grave (comme certains patients atteints d’un cancer).

Lorsque cette immunité collective décroît, la barrière protectrice est fragilisée et laisse passer les maladies. Une étude menée aux États-Unis a révélé qu’environ 85 % des nourrissons atteints de coqueluche l’ont contractée par l’intermédiaire d’un membre de leur famille2

Les jeunes enfants ne sont pas les seules personnes vulnérables : la vaccination nous protège tout au long de la vie. Les adolescents, souvent rassemblés dans les écoles et sur les campus universitaires, sont plus exposés au risque de contracter une infection à méningocoques, dont les conséquences peuvent être graves : entre 10 et 20 % des personnes infectées subissent des lésions irréversibles et jusqu’à 10 % en décèdent, et ce même lorsqu’elles sont correctement prises en charge3.

Le calendrier vaccinal ne s’arrête pas à l’entrée dans l’âge adulte : l’immunité conférée par certains vaccins, tels que la diphtérie, le tétanos et la coqueluche, s’estompe avec le temps, d’où la nécessité des vaccins de rappel. Le rythme effréné de nos vies actuelles peut facilement nous faire oublier l’importance de renforcer notre système immunitaire.  

L’histoire d’Anna

L’immunité collective protège également les personnes plus âgées : nous pouvons tous contracter la grippe, mais les personnes de plus de 65 ans ont un système immunitaire plus faible4, qui les exposent à un risque accru de contracter la grippe et d’en subir de graves complications comme une pneumonie, un infarctus ou un AVC5.

La baisse de la couverture vaccinale favorise le retour de certaines maladies que l’on était presque parvenu à éradiquer. Par exemple, la vaccination contre la rougeole a permis de réduire les décès liés à cette maladie de 80 % entre 2000 et 2017 dans le monde, mais 110 000 décès ont tout de même été recensés en 2017, principalement d’enfants âgés de moins de cinq ans6.

Lorsque l’immunité collective diminue, c’est toute la population qui est en danger. 

Récemment, alors qu’il était en vacances au  Costa Rica, un petit garçon français de cinq ans non vacciné a développé la rougeole; le Costa Rica, qui avait éradiqué cette maladie depuis 2014, est désormais exposé à un risque d’épidémie de rougeole7

Il faut continuer à se protéger si nous voulons éviter que des maladies ne réapparaissent car se faire vacciner, c’est aussi protéger les autres. 

 

5
Vies sauvées par la vaccination toutes les 60 secondes dans le monde<sup>8</sup>
Trois jeunes adultes marchant dans la rue et souriant
10 - 20%
Les maladies à méningocoque peuvent affecter de façon permanente la santé de 10 à 20% des personnes infectées<sup>9</sup>
21.1m
environ 21.1 millions de décès évités grâce à la vaccination contre la rougeole de 2000 à 2017<sup>10</sup>
80%
jusqu'à 80% de réduction du nombre de décès chez les personnes âgées vaccinées contre la grippe<sup>11</sup>
85%
Environ 85% des bébés atteints de coqueluche l'ont contractée auprès d'un membre de la famille<sup>12</sup>
Un homme, une femme et un bébé souriant
+ 100 ans
Depuis plus de 100 ans, la vaccination nous protège contre de nombreuses maladies infectieuses à tous les âges de la vie<sup>13</sup>

Autres articles

Qu’est-ce que l’immunisation ?

La réponse immunitaire est un mécanisme naturel activé par le corps humain en présence d’un agent infectieux

Un homme jouant et riant avec un garçon

Vous, vos proches et la vaccination

La vaccination est l’un des piliers de la bonne santé des populations

À propos de Sanofi Pasteur

Depuis plus d’un siècle, nos vaccins permettent de protéger des millions de personnes tout au long de leur vie contre des maladies infectieuses potentiellement mortelles. De concert avec les pouvoirs de santé publique, nous visons à offrir une plus grande protection vaccinale en concentrant nos efforts sur le développement de nouveaux vaccins plus efficaces pour améliorer la santé et le bien-être des individus.

Références

  1. Vaccines Today. What is Herd Immunity? [en ligne] 2015. [Consulté le 5 février 2019].
  2. Skoff TH, Kenyon C, Cocoros N, et al. 4, s.l. : Sources of infant pertussis infection in the United States. Pediatrics, 2015, Pediatrics, Vol. 136, pp. 635‐641.
  3. OMS. Meningococcal vaccines: WHO Position Paper: November 2011. Relevés épidémiologiques hebdomadaires. 2011, Vol. 47, pp. 521‐540.
  4. Aw, D., Silva, A. et Palmer, D. (2007). Immunosenescence: emerging challenges for an ageing population. Disponible à l’adresse : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1111/j.1365-2567.2007.02555.x (consulté le 30/05/2018).
  5. Warren-Gash, C, et al. (2018). Laboratory-confirmed respiratory infections as triggers for acute myocardial infarction and stroke: a self-controlled case series analysis of national linked datasets from Scotland. European Respiratory Journal, 51, p. 8.
  6. https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/measles (version française : https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/measles)
  7. https://www.thetimes.co.uk/article/its-time-to-get-tough-with-anti-vaxxers-gq8prwcrv
  8. Rappuoli R, Pizza M et al. Vaccines, new opportunities for a new society. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America. 2014, 34 (111): 12288-12293.
  9. WHO. Meningococcal vaccines: WHO Position Paper: November 2011.  Weekly Epidemiological Records. 2011, Vol. 47, pp. 521‐540.
  10. WHO. World Health Organization Measles Factsheet. [Online] November 2018. [Last accessed: 12 March 2019].
  11. WHO. WHO/Europe recommendations on influenza vaccination during the 2011-2012 winter season. [Online] October 2011. [Last accessed: 12 March 2019.
  12. Skoff TH, Kenyon C, Cocoros N, et al. 4,s.l. : Sources of infant pertussis infection in the United States. Pediatrics, 2015, Pediatrics, Vol. 136, pp. 635‐641.
  13. WHO. Better supply systems key to reach all children with life-saving vaccines [Online] April 2013. [Cited: February 8, 2019].