Comment les femmes de science contribuent à un monde plus inclusif



HUBWeek s'est tenu à Boston du 8 au 14 octobre. Ce rendez-vous mondial de l’innovation a pour but d’éveiller la curiosité et d’abattre les cloisons pour un avenir plus inclusif, dans lequel la mixité tient une place importante. Nous avons saisi cette opportunité pour demander à deux chercheuses de Sanofi, qui ont participé à un débat sur les femmes et la science (The path forward for women in science) dans le cadre de HUBWeek, de partager leurs réflexions sur la valeur ajoutée des femmes dans le domaine de la science et sur la façon dont celles-ci peuvent contribuer à bâtir un avenir plus inclusif. Voici leurs réponses :

Raolat Abdulai, M.D., M.M.Sc., Directrice de la Recherche Clinique, Développement Immunologie et Inflammation, Sanofi

Raolat Abdulai, M.D., M.M.Sc., Directrice de la Recherche Clinique, Développement Immunologie et Inflammation, Sanofi

« Ma présence [en tant que femme travaillant dans le secteur de la science] permet de jeter un éclairage différent mais tout aussi utile sur le développement des médicaments. En plus d’apporter des connaissances scientifiques et médicales équivalentes à celles de mes homologues masculins, je vais plus loin en militant pour l’inclusion de catégories sous-représentées, comme les femmes, dans les évaluations cliniques précoces. Cet aspect est important, tant pour la recherche scientifique que pour les patients, parce que nous savons que l’effet des médicaments peut être modifié par la pharmacogénomique. De plus, comme j’occupe un espace unique où je représente généralement une minorité, j’ai dû apprendre à bien communiquer pour pouvoir travailler avec un large éventail de personnes. Cela se traduit par une plus grande productivité au sein de mes équipes projet et par un travail scientifique de qualité.

 

L’intérêt de la diversité et de l’inclusion au sein des équipes scientifiques tient à ce que cela permet à des personnes de divers horizons de déconstruire les idées bien établies grâce à des arguments solides. Pour ma part, je recherche toujours des collaboratrices, au sein de l’entreprise ou en externe. En raison d’obstacles historiques et malgré leur expertise, les femmes sont très peu nombreuses parmi les experts de la science et de la médecine travaillant sur des projets importants de développement de médicaments. Cela vient limiter la diffusion d’idées nouvelles et donne lieu à un récit monolithique. Dans le pire des cas, cela peut se traduire par la perte de plusieurs millions de dollars d’investissements scientifiques. Mais nous pouvons mieux faire. Par conséquent, mon but est de faire en sorte que les femmes soient représentées à parts égales dans la recherche scientifique et médicale. »

Maysoun Shomali, M.Sc., Chef de projet en oncologie, Sanofi

Maysoun Shomali, M.Sc., Chef de projet en oncologie, Sanofi

« Depuis les années 1990, de plus en plus de femmes font des études scientifiques. De fait, le nombre de femmes inscrites dans les filières scientifiques et en ingénierie dépasse aujourd’hui celui des hommes. Comment se fait-il donc que les femmes ne soient pas mieux représentées dans les entreprises des secteurs de la science, de l’ingénierie, des technologies et des mathématiques ? Même si les institutions ont un rôle majeur à jouer, il n’en reste pas moins que nous pouvons, nous aussi, à titre individuel, aider nos consœurs. Tout d’abord, je suis un modèle dont elles peuvent s’inspirer : je suis mère de deux garçons et je travaille ; je suis une scientifique et aussi un membre de ma communauté. Je défie en quelque sorte les lois de la probabilité ! Je suis la preuve qu’une femme peut obtenir un diplôme et faire carrière dans la science. Chez Sanofi, la reconnaissance et la promotion des femmes sont importantes pour alimenter le vivier de talents. Et par-dessus tout, il est important de rendre plus visibles des scientifiques comme moi afin de permettre à d’autres femmes de s’imaginer faire carrière dans la science, de se mobiliser et d’innover. D’autre part, à travers mes échanges au travail mais aussi dans ma vie personnelle, je soutiens mes amis et collègues, les hommes comme les femmes, et je leur propose mon mentorat. Enfin, en tant que chef de projet, je défends farouchement les valeurs auxquelles Sanofi aspire en ce qui concerne l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée et la création d’un milieu de travail diversifié et innovant. »

Références

  1. Site web Hubweek