Stress et problèmes de sommeil : des maux universels parmi la population active



Chaque semaine, un quart environ de la population mondiale souffre de stress, de problèmes de sommeil, de douleurs dorsales et de maux de tête. Rien de surprenant donc à ce que plus d’un quart des salariés se soient absentés de leur travail le mois dernier à cause de ces problèmes de santé courants.

À l’occasion de la Journée mondiale de l’automédication et du self care 2018, Sanofi a publié un rapport intitulé « Self Care : Be Your Best » qui analyse en profondeur la prévalence et l’impact, à l’échelle mondiale, de problèmes de santé courants et les bénéfices que présente l’automédication au quotidien.

Selon le rapport, le stress est le problème de santé le plus fréquent et concerne 14 % de la population de l’étude jusqu’à trois fois par semaine, les femmes rapportant des niveaux de stress hebdomadaires sensiblement plus élevés que les hommes (respectivement 33 % contre 18 %).

Paige, qui vit à New York, souffre régulièrement de stress et de problèmes de sommeil. Pour cette jeune femme de 22 ans, gérer ces problèmes est important pour rester concentrée et bien faire son travail en marketing.

« J’ai conscience de mon stress et j’ai appris avec le temps qu’il se manifeste chez moi de deux manières : par des douleurs musculaires, comme des nœuds dans le dos, et par des troubles du sommeil », explique-t-elle.

C’est un vrai cercle vicieux et j’ai remarqué que le manque de sommeil contribue à mon niveau de stress. Je sais que lorsque je suis stressée, j’ai plus de chances de mal dormir. Je m’efforce donc de gérer ce stress en me couchant à des heures raisonnables pour pouvoir dormir suffisamment. Et si j’ai vraiment du mal à dormir, je prends de la mélatonine.
Paige, qui vit à New York

Bien que plus des deux tiers (70 %) des personnes dans le monde ont connu un épisode de stress au cours de l’année précédente, 44 % rapportent ne rien faire pour y remédier et attendre que cela passe.

Pour Paige, la gestion du stress et son traitement sont essentiels pour sa santé. Ainsi, elle prend des mesures pour en atténuer les effets.

« Si je sens que je commence à être dépassée par mon travail, j’agis en m’éloignant quelque temps de mon écran. Je me lève, je bois un verre d’eau ou je sors dehors pour marcher et relâcher la pression afin de pouvoir mieux reprendre mon travail. »

Les personnes qui souffrent de problèmes de santé courants et ne se soignent pas finissent parfois par prendre un jour de congé ou continuent à travailler malgré leur état, au risque d’être improductives.

Le rapport « Self Care : Be Your Best » révèle que les femmes vont travailler bien qu’elles se sentent mal presque sept jours par mois un jour ouvrable de plus que les hommes. En outre, selon un sondage mené par l’Institute for Health and Productivity Management auprès de 35 grands employeurs représentant 1,2 million de salariés, les principales raisons de santé donnant lieu au présentéisme et, à des impacts sur la productivité au travail sont les suivantes :

  1. Problèmes de santé mentale, principalement la dépression
  2. Douleurs musculo-squelettiques, comme les lombalgies
  3. Problèmes respiratoires comme les allergies
  4. Problèmes gastro-intestinaux comme le syndrome du côlon irritable ou les brûlures d’estomac

Selon Sean Sullivan, Co-Fondateur et Directeur Général de l’Institute for Health and Productivity Management (IHPM) il est important que les salariés pratiquent l’automédication et le self care non seulement pour éviter de s’absenter de leur travail mais aussi et surtout pour éviter de faire du « présentéisme », c'est-à-dire se présenter à leur travail, alors que leur état, physique ou psychique, ne leur permettent pas d’être pleinement productifs.

« Dans le monde du travail d’aujourd’hui, le présentéisme a trois à quatre fois plus d’impact sur la productivité que l’absentéisme, comme l’ont montré des études qui ont fait date menées par Dow Chemical et JP Morgan Chase. Il faut savoir que les problèmes de santé les plus fréquents causant les taux de présentéisme les plus élevés sont également ceux qu’il est le plus facile de traiter par automédication comme les allergies, les douleurs musculaires et articulaires, les maux de tête et les problèmes gastro-intestinaux tels que les brûlures d’estomac et le reflux gastro-œsophagien. »

Principaux résultats du rapport « Self Care : Be Your Best » :

  • Plus de la moitié des salariés indiquent que leurs problèmes de santé ont eu un impact sur leur motivation (54 %), leur concentration (54 %) et leur humeur (55 %)
  • Plus d’un quart (26 %) des salariés se sont absentés de leur travail à cause d’un problème de santé courant le mois dernier, ce qui se répercute sur les économies, les organisations et les individus partout dans le monde.
  • Près de la moitié (47 %) des salariés au Mexique indiquent que leurs problèmes de santé ont eu un impact important sur leur carrière. Ce pourcentage est le plus élevé de tous les pays pris en compte dans l’enquête et supérieur à la moyenne globale qui s’établit à 31 %
  • Plus de 40% des Russes pensent que leurs problèmes de santé ont eu un impact significatif sur leurs relations avec leurs collègues de travail. Ce pourcentage est le plus élevé de tous les pays pris en compte dans l’enquête et plus élevé que la moyenne globale qui s’établit à 32 %

Le rapport « Self Care : Be Your Best » a été commandé par Sanofi Santé Grand Public et a été mis en œuvre par IPSOS dans neuf pays (États-Unis, Mexique, Brésil, France, Italie, Allemagne, Russie, Australie, Japon), auprès de 18 090 personnes âgées de 18 ans et plus. Les participants ont été sélectionnés en ligne dans chaque pays de manière à former un échantillon national représentatif en termes de sexe, d’âge, de profession et de région.