L'histoire de Jill

Nous bâtissons un environnement de travail dans lequel tous nos collaborateurs peuvent pleinement s’épanouir, mais cela n’est possible que si chacun peut être véritablement soi-même. Alors que nous continuons de célébrer la communauté LGBTQIA+ et le Mois des fiertés 2021, nous vous proposons le témoignage de Jill Wuyts qui a trouvé le soutien dont elle avait besoin pour devenir elle-même.

Devenir une femme transgenre au travail a été difficile. Je ne savais pas quel comportement adopter, ni quelle serait la réaction de mon entourage professionnel, ni comment cela allait se répercuter sur mes relations avec mes collègues. Il y avait tellement de questions et d’inconnues. Pendant ma transition, cependant, il y a eu un moment où il a fallu que j’en parle ouvertement.

C’était la première fois que l’équipe de Sanofi Belgique était confrontée à une telle situation. Dès que mon entourage professionnel a été mis au courant, tout le monde s’est montré immédiatement très bienveillant à mon égard, surtout mes collègues les plus proches et mes supérieurs ; tous étaient prêts à m’aider à devenir la personne que je souhaitais être. Mon « coming out » chez Sanofi a finalement été plus facile que je ne l’imaginais au départ. Et jamais personne ne m’a fait la moindre remarque désobligeante à ce sujet.

J’étais très heureuse que cela se sache enfin, mais je n’avais pas mesuré les difficultés pratiques qu’il fallait résoudre. 

L’une des principales difficultés tenaient à mon ancien prénom – celui que je portais avant mon nouveau moi. Tous mes collègues ont essayé de m’appeler par mon nouveau prénom, mais voir mon ancien prénom sur chaque document a été plus difficile que je ne l’imaginais. Après quelques recherches et changements administratifs, cet ancien prénom a fini par disparaître de ma vie et j’ai même changé mes initiales. 

Ensuite, s’est posée la question des toilettes. Après plusieurs semaines de traitement hormonal, les toilettes pour hommes sont devenues de plus en plus incongrues pour moi. Alors, nous avons informé les équipes des particularités de ma période de transition et en l’espace de quelques semaines, j’ai pu utiliser les toilettes pour femmes. 

À l’heure où j’écris ce témoignage, une semaine s’est écoulée depuis ma chirurgie. J’ai repris le travail et je suis heureuse d’être enfin devenue la personne que j’aurais toujours dû être !  

Articles recommandés

Lorsque la lumière chasse l’obscurité

Diversité et inclusion