Persévérer dans la lutte contre les maladies rares

Au Brésil, Anna vit avec la sphingomyélinose. 

Il existe plus de 7 000 maladies rares identifiées dans le monde, qui touchent collectivement plus de 350 millions de personnes. Pour ces patients et leur famille, l’errance peut être longue et semée d’embûches.

Depuis près de quarante ans, Sanofi s’engage à améliorer les soins, l’état de santé et la qualité de vie des personnes affectées par une maladie rare. Même lorsqu’un traitement a été éprouvé, Sanofi va toujours plus loin en faisant progresser les soins et la qualité de vie des patients. Simple et fondée sur la persévérance, son approche consiste à s’occuper d’une famille à la fois.

Les personnes atteintes de maladies rares ont toutes vécu des expériences propres et présentent parfois des besoins radicalement différents. Confrontées à des options de traitement limitées ou inexistantes, elles peuvent souffrir de symptômes et de complications éprouvants, voire fatals.

« Nous avons toujours été à la pointe des traitements contre les maladies rares, mais il reste encore beaucoup à faire. Nous courons à la fois un sprint et un marathon », explique John Reed, Vice-président exécutif, Responsable monde Recherche et Développement chez Sanofi. « Nous devons nous atteler à mettre au point la prochaine génération de traitements potentiels, tout en poursuivant nos recherches sur les maladies pour lesquelles il n’en existe encore aucun. L’inspiration que nous puisons chez les patients nous pousse à redoubler d’efforts. »

À la recherche d’un traitement contre la sphingomyélinose

La sphingomyélinose est une maladie lysosomale rare, évolutive et potentiellement mortelle causée par un déficit de l’enzyme sphingomyélinase, normalement produite par des organites cellulaires appelés lysosomes et nécessaire à la dégradation d’une substance lipidique du nom de sphingomyéline. L’absence ou la déficience de cette enzyme entrave le métabolisme de la sphingomyéline, provoquant son accumulation dans la cellule, la mort de cette celle-ci et le dysfonctionnement d’organes majeurs.

Découvrez l’expérience personnelle de JJ, qui vit avec la sphingomyélinose.


S’il n’existe actuellement aucun traitement accessible aux patients vivant avec la sphingomyélinose, les scientifiques de Sanofi continuent de mobiliser leurs connaissances des maladies lysosomales pour en mettre un au point. Les patients comme JJ et leurs difficultés au quotidien sont la raison d’être du travail que nous menons, dans nos laboratoires comme en dehors.

À la recherche de traitements de nouvelle génération

Le succès qui a couronné nos dix premières années de recherches, principalement consacrées à la mise au point d’un traitement contre une maladie lysosomale appelée « maladie de Gaucher », a conforté le leadership de Sanofi dans le domaine des maladies rares. Les deux décennies suivantes ont cherché à élargir ces activités à d'autres maladies lysosomales, notamment à la maladie de Fabry, à la maladie de Pompe et à la mucopolysaccharidose de type I (MPS I).

Mais la découverte d’un traitement n’a pas mis un terme à nos recherches.

« Plutôt que de nous reposer sur nos lauriers, nous voulons aller plus loin », explique Sebastien Martel, Responsable Monde, Maladies rares. « Notre persévérance se traduit dans notre recherche de traitements de nouvelle génération contre les maladies de Pompe, de Gaucher et de Fabry. Nous cherchons constamment à faire bouger les choses en nous demandant comment répondre au mieux aux besoins des patients au travers de médicaments et bien plus encore. »

Dépasser le simple traitement 

Vivre avec une maladie rare peut être synonyme d’isolement et de solitude, d’où l’importance de mettre les patients et leur famille en contact avec des associations de défense des patients.

« À mesure que nous mettons au point ou améliorons des options de traitement pour les personnes atteintes de maladies rares, les associations de défense des patients jouent un rôle essentiel à notre mission et à notre succès. Qu’il s’agisse de transmettre ses connaissances, de partager son expérience ou de façonner les essais cliniques et d’y participer, la communauté de défense des patients apporte une précieuse contribution à notre travail », explique Pamela Graves-Moore, Responsable monde, Affaires publiques et défense des patients, Maladies rares. « Nous sommes profondément reconnaissants envers la communauté des patients atteints de maladies rares pour leur contribution, leur confiance et leur coopération. »

Heather, Tami, Christy and Michelle – photographiées ensemble en 2019
De gauche à droite : Heather, Tami, Christy et Michelle, quatre sœurs atteintes de la maladie de Fabry, photographiées ensemble en 2019

Pour les quatre sœurs, Christy, Heather, Michelle et Tami, le soutien familial a toujours été un moyen important pour faire face à la maladie. « Nous avons pu observer l’impact de la maladie de Fabry sur notre père et nos oncles, en discuter entre nous et nous aider mutuellement. Cela change tout », souligne Christy. 

« On apprend très vite que la maladie de Fabry affecte chaque aspect de notre vie. Dans mon rôle d’épouse ou de mère ou de professionnelle, il y a quand même des jours où j’ai l’impression de ne pas y arriver », explique Tami.

Sanofi est convaincu de l’importance de préserver la santé du niveau moléculaire au bien-être émotionnel et social. Pour relever ce défi aux dimensions titanesques, avec ses 350 millions de personnes vivant avec une maladie rare dans le monde, Sanofi opte pour la simplicité en adoptant une démarche consistant tout simplement à s’occuper d’un patient à la fois, en veillant à ce qu’il soit entouré d’une famille disposant des ressources nécessaires, d’un médecin formé, d’une association de défense des patients et d’un législateur informé.

Liens connexes

Engagez-vous pour #Pledge4Rare en cette journée internationale des maladies rares
Cibler une voie métabolique unique pour lutter contre plusieurs maladies rares
Vingt ans d’aide humanitaire en Égypte : l’histoire d’Amr
Les programmes humanitaires de Sanofi Genzyme : venir en aide aux patients dans le monde entier
Heather, Tami, Christy and Michelle – photographiées ensemble en 2019
La sororité comme rempart à la maladie de Fabry
Maladies rares
Vivre avec une maladie rare: J.J. partage son histoire

Ce site utilise des cookies pour mesurer son audience et nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

En savoir plus
OK