Prévention du virus respiratoire syncytial chez les nourrissons

Sanofi et son partenaire AstraZeneca redoublent d’efforts dans le cadre de la lutte contre le VRS, une infection très répandue et potentiellement mortelle pour les très jeunes enfants. Nous menons d’importantes initiatives pour aider à mieux comprendre, engager et soutenir les professionnels de santé, les patients et leurs familles aujourd’hui et à l’avenir – un travail qui, nous l’espérons, intégrera bientôt des programmes efficaces d’immunisation.

L’épidémie actuelle de COVID-19 est tellement omniprésente, d’un point de vue tant géographique que médiatique, qu’il semble difficile de penser à autre chose. Il est toutefois essentiel de maintenir l’attention et le dialogue public sur les progrès de la médecine contre d’autres maladies infectieuses mortelles. Outre la recherche d’un vaccin contre le COVID-19, Sanofi continue de développer de nouveaux médicaments et vaccins contre d’autres maladies, et ce, en dépit des difficultés liées à l’épidémie.

C’est ainsi qu’en partenariat avec la société pharmaceutique AstraZeneca, nous visons à élargir la protection contre le virus respiratoire syncytial (VRS). Ce que beaucoup de gens ignorent, c’est que le VRS est une infection respiratoire fréquente, à tel point qu’elle constitue une menace pour tous les enfants dans leurs premières années de vie.1 Si cela vous surprend, c’est parce que la plupart des gens ne connaissent pas le nom du virus, mais seulement les symptômes respiratoires qu’il entraîne chez les tout-petits.

Tous les nourrissons sont exposés au VRS

Si vous êtes parent, vous vous souvenez sûrement de la crainte qui vous envahissait en automne et en hiver lorsque votre enfant était encore tout petit. Les infections respiratoires sont fréquentes chez les jeunes enfants pendant les saisons froides ou humides, et certains cas peuvent être graves et inquiétants pour les parents. Si votre enfant présente une bronchiolite (infection pulmonaire courante qui entraîne une inflammation des petites voies respiratoires, de la toux, un sifflement et des difficultés respiratoires), il est probable qu’il ait contracté le VRS.

Chiffres clés VRS
Baptiste à l'hôpital

Baptiste n’avait qu’un an quand il a été hospitalisé pour le VRS. 
Aujourd’hui il a trois ans et souffre d'asthme pendant l’hiver.

Des études montrent que 90 % des nourrissons sont touchés par le VRS dans leurs deux premières années de vie. Ce virus est le principal responsable de l’hospitalisation d’enfants âgés de moins d’un an,2 et chez certains bébés, il peut provoquer de graves complications, comme une pneumonie ou une bronchiolite. Le VRS est généralement plus grave chez les tout-petits, à savoir les nourrissons de moins de six mois.

« Ce qui est surprenant, c’est que 80 % des nourrissons hospitalisés pour des cas graves sont nés à terme et en bonne santé, sans maladie sous-jacente », explique Su-Peing Ng, Responsable mondiale de la branche Médecine pour les Vaccins chez Sanofi.3 « Il n’existe pas de traitement contre le VRS et les parents ne peuvent donc qu’espérer que leur enfant vaincra la maladie avec du temps et des soins palliatifs. Malheureusement, pour certains, le VRS entraîne des complications plus graves, voire mortelles. »4

Bien que de nombreuses sociétés aient tenté de développer une solution préventive pour le VRS, ces efforts sont restés vains. En réalité, la seule solution préventive qui existe à ce jour est réservée aux nourrissons à très haut risque, c’est-à-dire ceux nés prématurément ou atteints d’une maladie pulmonaire ou cardiaque sous-jacente. Cette solution nécessite des injections mensuelles tout au long de la saison du VRS.

« Tous les nourrissons sont exposés au VRS, c’est pourquoi nos deux sociétés se sont alliées pour développer une nouvelle solution préventive permettant d’élargir la protection à tous », ajoute le Dr Ng.

La sensibilisation comme première étape de la prévention

Le partenariat poursuit les essais cliniques en vue du développement d’une immunisation passive, tout en favorisant la sensibilisation du grand public de manière directe et via des associations de patients et des organisations de recherche comme RESCEU (Respiratory Syncytial Virus Consortium in Europe).

« Ensemble, nos équipes espèrent améliorer la santé d’innombrables jeunes enfants dans leur première année de vie en donnant les moyens aux professionnels de santé et aux parents de protéger les nourrissons contre les infections liées au VRS, bien souvent traumatisantes », conclut le Dr Ng à propos du partenariat entre Sanofi et AstraZeneca.

Puisque le VRS représente une menace pour tous les nourrissons, les deux sociétés souhaitent en faire une maladie évitable pour chaque enfant.   

Maman avec son bébé

En savoir plus sur le VRS

Le virus respiratoire syncytial (RSV), un virus saisonnier commun et contagieux, est une cause majeure d'infection des voies respiratoires inférieures, principalement la bronchiolite et la pneumonie, chez les nourrissons et les jeunes enfants, ce qui entraîne des épidémies annuelles dans le monde entier.

Références

[1] Centers for Disease Control and Prevention. About RSV. https://www.cdc.gov/rsv/about/index.html. Accessed November 2019.
[2] Adamko DJ, Friesen M.  Why does respiratory syncytiual virus appear tot cause Asthma?  Journal of Allergy and Clinical Immunology.  2012; 130(1);101-102. Doi: 10.1016.j.jaci.2012.05.024
[3] Hall CB, et al. Respiratory Syncytial Virus-Associated Hospitalizations Among Children Less Than 24 Months of Age. Pediatrics, 132(2). doi: 10.1542/peds.2013-0303
[4] Piedimonte G, Perez M. Respiratory Syncytial Virus Infection and Bronchiolitis. Pediatrics in Review (2014) 35:519-530.

Ce site utilise des cookies pour mesurer son audience et nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

En savoir plus
OK