À l’image des vaccins qui ont transformé la médecine il y a plus d’un siècle, les avancées technologiques fulgurantes de ces dix dernières années influent fortement sur le développement des médicaments tel que nous le connaissons. Les équipes de R&D de Sanofi s’appuient sur des plateformes technologiques de pointe pour concevoir des thérapies innovantes encore inimaginables il y a quelques années. Ces technologies permettent aux chercheurs d’étudier les voies biologiques impliquées dans de nombreuses maladies et ainsi de cibler les causes profondes des pathologies avec des traitements d’une plus grande précision.

Boîte à outils technologiques

Chimie révolutionnaire

    Les petites molécules sont des substances chimiques généralement administrées sous forme de comprimés et absorbées par les intestins. De petite taille, elles pénètrent facilement dans les cellules et peuvent interagir avec différentes cibles biologiques pour produire des effets pharmacologiques positifs sur la maladie. Les plateformes technologiques de Sanofi qui s’appuient sur les petites molécules permettent de développer des traitements innovants dans tous les domaines thérapeutiques. C’est notamment le cas en cancérologie, pour laquelle de nombreuses thérapies utilisées actuellement reposent sur l’administration de médicaments à base de petites molécules capables de perturber le fonctionnement des cellules cancéreuses. Nos équipes recourent également aux dégradeurs de protéines et à d’autres technologies pour élaborer des médicaments susceptibles de détruire des protéines clés dans plusieurs types de cancer, notamment le cancer du sein

    La plateforme TAILORED COVALENCY® offre à nos scientifiques une meilleure maîtrise quant à la liaison - réversible ou irréversible - d’un médicament à sa protéine cible, et permet ainsi à nos équipes de concevoir des médicaments candidats capables de créer un lien solide avec deux cibles : le site cible responsable de la maladie et un site adjacent unique. Cette approche fonctionne selon le principe du « double verrouillage et clé ». Les petites molécules peuvent être programmées pour rester sur leur cible pendant de plus longues périodes, réduisant ainsi leur capacité à interagir avec d’autres molécules hors cible. Par ce biais, nous espérons pouvoir réduire les niveaux élevés de médicaments requis dans le cadre de traitements standard ainsi que les effets secondaires non intentionnels.

Technologies d'anticorps

    Les anticorps monoclonaux sont des cellules immunitaires hautement spécialisées qui peuvent être modifiées pour reconnaître et interagir avec des cibles spécifiques dans l’organisme. Nos équipes utilisent plusieurs technologies d’anticorps monoclonaux pour développer de nouvelles thérapies contre le cancer, les infections virales et d’autres maladies.

    Les anticorps ne reconnaissent généralement qu’un seul type de molécule. Toutefois, grâce à des technologies brevetées, nos équipes parviennent à concevoir des anticorps capables de reconnaître deux ou trois cibles différentes. Ces anticorps « multispécifiques » permettent de combiner les caractéristiques clés de plusieurs anticorps en un seul agent thérapeutique. Cette approche novatrice ouvre de nouvelles voies pour lutter contre le cancer et les troubles immunologiques sur plusieurs fronts.

    Les anticorps sont de puissantes protéines utilisées par le système immunitaire pour détecter et se fixer à des molécules cibles spécifiques. Nos équipes peuvent associer des anticorps à des médicaments anticancéreux, formant ainsi des « conjugués anticorps-médicaments » (ADC) conçus pour cibler les cellules tumorales directement avec des médicaments. Il est possible d’attacher de nombreuses petites molécules à l’anticorps, et ainsi de les guider tel un GPS vers une destination spécifique - une cellule tumorale - pour les y libérer. Cette plateforme aide nos chercheurs à développer des ADC cytotoxiques et immunostimulants. Les ADC cytotoxiques sont fabriqués à l’aide des médicaments de chimiothérapie ultra-puissants capables de tuer les cellules cancéreuses. Les ADC immunostimulants délivrent un médicament qui active le système immunitaire au niveau de la tumeur, où il mobilise les cellules immunitaires pour qu’elles attaquent les cellules malades. Nos équipes conçoivent des ADC tant pour les tumeurs solides que liquides.

    Les molécules NANOBODY® sont dérivées de fragments d’anticorps naturellement produits par les lamas et d’autres espèces de camélidés. La taille des molécules NANOBODY, dix fois inférieure à celle des anticorps conventionnels, permet de circuler dans le corps humain et d’atteindre des maladies cibles auparavant inaccessibles. Ces molécules sont composées de fragments d’anticorps assemblés entre eux, conçus pour se lier à plusieurs cibles à la fois. Elles permettent de remplacer des régimes de traitement complexes par un médicament unique à action multiple, et ainsi de faciliter le traitement des maladies à médiation immunitaire, du cancer et de maladies rares du sang.

Protéines thérapeutiques

    Dotés de propriétés catalytiques, les enzymes sont des protéines qui accélèrent les processus biochimiques en se fixant sur des cibles précises. À l’instar d’une clé ne pouvant ouvrir que certaines serrures, les enzymes ne peuvent se fixer que sur certains composés, ce qui leur confère une grande utilité thérapeutique. Nos équipes planchent actuellement sur la conception d’enzymes permettant de soigner diverses maladies métaboliques.

    Les protéines sont généralement des entités indépendantes, mais elles peuvent être fusionnées pour créer des protéines novatrices capables de remplir des fonctions biologico-thérapeutiques. Nos équipes de R&D sont pionnières dans le recours aux protéines de fusion pour élaborer de nouvelles thérapies.

    Les peptides sont de courtes chaînes d’acides aminés capables de se déplacer dans le corps, y compris à travers la membrane des cellules, plus facilement que les protéines du fait de leur petite taille. Sanofi exploite cette propriété pour mettre au point de nouveaux traitements à base de peptides, y compris des peptides trigonaux expérimentaux ainsi que d’autres entités novatrices.

Médecine génomique

    Nos équipes planchent sur des moyens de réparer les gènes défectueux et pathogènes par ajout ou retrait d’ADN. Ce type de manœuvre repose sur le recours à des enzymes spécialisés qui coupent l’ADN en des points précis, y compris des nucléases à doigts de zinc (ZFN, zinc finger nucleases), protéines de liaison à l’ADN qui facilitent l’édition ciblée du génome. En collaboration avec Sangamo Therapeutics, qui a développé une technologie avancée de protéines à doigts de zinc, Sanofi développe des thérapies cellulaires à base de gènes susceptibles de soigner les hémoglobinopathies, telles que la drépanocytose.

    La génothérapie est une forme émergente de traitement des maladies qui consiste à introduire un gène dans les cellules d’un patient, souvent pour compenser un gène manquant ou défectueux. L’unité de médecine génomique intégrée et interdisciplinaire de Sanofi accélère les progrès vers les thérapies géniques et cellulaires en combinant un ensemble de technologies, des nanostructures d’acides nucléiques aux plateformes de dépôt de gènes viraux et non viraux.

    Les ARN messagers (ARNm) sont des molécules minuscules  mais essentielles  présentes dans nos cellules, qui font le lien entre notre ADN et toutes les activités biologiques de notre organisme. Nous produisons continuellement des ARNm : leur rôle consiste à traduire l’ADN, notre empreinte génétique, en protéines dont nous avons besoin pour vivre. Sanofi exploite cette machinerie moléculaire naturelle pour mettre au point de nouveaux vaccins susceptibles de sauver des vies, et lutter contre le cancer, les maladies à médiation immunitaire et les maladies rares. Notre plateforme ARNm aide nos scientifiques à identifier et à mettre au point des séquences d’ARNm thérapeutiques et à assurer leur stabilité jusqu’à ce qu’elles atteignent leur cellule cible.

    Les ARN interférents (ARNsi) ouvrent la voie à des traitements prometteurs. En interférant avec l’activité des gènes, ils permettent en effet de réduire la production de protéines pathogènes. En collaboration avec Alnylam, nous tirons parti du fonctionnement biologique naturel des ARNsi pour envisager de nouvelles solutions thérapeutiques contre troubles sanguins rares.

    L’ADN est constitué de quatre bases chimiques, qui fournissent les instructions pour la synthèse des vingt acides aminés qui constituent l’ensemble des protéines de notre organisme et fournissent la matière première nécessaire à la création de protéines thérapeutiques. Notre alphabet génétique étendu vient ajouter une nouvelle paire de bases (souvent appelées lettres) à l’ADN. Doté de six lettres au lieu de quatre, celui-ci permet à nos équipes de créer des protéines totalement nouvelles, que l’on appelle molécules SYNTHORINTM. Un arsenal qui étend considérablement la diversité des outils et des matériaux à notre disposition pour concevoir et optimiser les traitements à base de protéines contre le cancer et d’autres maladies.

Vous aimerez aussi

MAT-GLB-2100354 v 1.0 | Novembre 2021 | Dernière mise à jour en novembre 2021