La plateforme technologique NANOBODY® de Sanofi

Ces minuscules anticorps modulaires marquent le début d’une nouvelle ère thérapeutique chez Sanofi. Découvrez comment ils fonctionnent et pourquoi ils suscitent tant d’enthousiasme.

La découverte fortuite en 1989 d’un type d’anticorps particuliers chez les lamas et d’autres espèces de camélidés a initié plusieurs décennies d’innovation. Elle a conduit la société de biotechnologie Ablynx, qui fait désormais partie de Sanofi, à créer la technologie NANOBODY®1, une plateforme révolutionnaire qui permet à nos chercheurs de créer de nouvelles thérapies et d’affiner les traitements existants.

La technologie NANOBODY® dans la conception de médicaments

Comment les scientifiques ont recours à des anticorps miniatures pour concevoir des médicaments à actions multiples

Qu’est-ce que les anticorps NANOBODY® ?

Les molécules NANOBODY sont un type d’anticorps microscopiques produits par génie génétique. Les anticorps possèdent à la fois des chaînes « lourdes » et « légères » d’acides aminés (peptides). Les anticorps humains présentent les deux types, mais les lamas, les alpagas et d’autres espèces sont capables de générer des anticorps qui possèdent uniquement des peptides « à chaînes lourdes ».

Les molécules NANOBODY sont dérivées de ces peptides « à chaînes lourdes » et présentent une taille environ dix fois inférieure à celle des anticorps conventionnels.2,3

 

Chez les humains, les anticorps présentent des chaînes lourdes et légères de peptides (1) tandis que les camélidés sont capables de générer des anticorps à chaînes lourdes uniquement (2). Les anticorps NANOBODY® sont créés à partir d’un fragment de domaine d’anticorps à chaînes lourdes

 

La plupart des anticorps ne peuvent se lier qu’à une seule cible. Mais en reliant des fragments d’anticorps tel un chapelet de perles, nos équipes peuvent créér de nouveaux composés (appelés moléules NANOBODY « polyvalents ») capables de se lier à plusieurs cibles à la fois.1 Par exemple, une seule molécule thérapeutique NANOBODY peut se fixer à plusieurs sites sur une cellule tumorale et une cellule immunitaire, et ainsi créer un pont entre la tumeur et la cellule immunitaire pour aider le système immunitaire de l’organisme à combattre le cancer.

 

La molécule thérapeutique NANOBODY repose sur un fragment de domaine d’anticorps à chaînes lourdes (à gauche). Les fragments de différents anticorps à chaînes lourdes peuvent être assemblés les uns aux autres (à droite).

 

 

Chaque élément constitutif de la molécule peut se lier étroitement à une protéine spécifique, par exemple à la surface d’une tumeur (à droite) ou d’une cellule immunitaire (à gauche).

Pourquoi est-ce si important ?

Les molécules NANOBODY sont devenues un outil essentiel de la recherche médicamenteuse. Elles aident nos scientifiques à concevoir de nouvelles thérapies et à élaborer des médicaments susceptibles de remplacer un jour certains schémas thérapeutiques complexes par des médicaments à actions uniques et multiples. En combinant les molécules NANOBODY à des technologies de pointe et aux capacités de production à grande échelle de Sanofi, nos équipes sont en mesure de développer les traitements de demain.

Voices from the Lab: Fine-tuning science with Samuel Pine

Voices from the Lab: Pieter Deschaght

Propriété intellectuelle

Doté d’un portefeuille de plus de 500 brevets en attente ou déposés, Sanofi Ablynx couvre toutes les technologies, de la découverte à la génération en passant par l’optimisation, le formatage, la fabrication, l’administration, la formulation et l’utilisation clinique des molécules NANOBODY, ainsi que les programmes de développement clinique et les produits candidats. Ablynx N.V., société du Groupe Sanofi, est détenteur de la marque déposée NANOBODY® à l’échelle mondiale.

En savoir plus

Cinq choses à savoir sur la technologie de NANOBODY®

Plateformes technologiques

Ouvrir de nouveaux horizons à la R&D en oncologie

Références

Nanobody est une marque déposée de Ablynx N.V.

  1. Leslie M (2018) Mini-antibodies discovered in sharks and camels could lead to drugs for cancer and other diseases. Science Magazine; doi:10.1126/science.aau1288
  2. Jovčevska I, Muyldermans S (2020) BioDrugs 34:11–26. 
  3. Ingram JR, Schmidt FI, Ploegh HL (2018) Ann Rev Immonol 36:695–715. See also Hamers-Casterman C, et al. (1993) Nature 363:446-8; doi: 10.1038/363446a0