Comprendre la vaccination pendant la grossesse

Pour ce huitième numéro de notre série Upshot sur les vaccins, nous avons invité Liana Clark, Responsable médical monde pour les vaccins polio, coqueluche et Hib Sanofi Pasteur, à partager avec nous son expertise et expérience en matière de vaccination pendant la grossesse. Avant de rejoindre Sanofi, Liana était professeur adjointe en pédiatrie à l’École de médecine de l’Université de Pennsylvanie et médecin traitant à l’Hôpital pour enfants de Philadelphie. Elle est également photographe professionnelle ; un aperçu de son travail est présenté dans ce numéro. 

Aux prémices de la vaccination contre la COVID-19, le débat autour de l’administration ou non de nouveaux vaccins aux femmes enceintes était animé, ceux-ci n’ayant pas été spécifiquement testés chez cette population. Le bénéfice éventuel était-il plus important que les éventuels risques encourus, alors encore inconnus ?

Habituellement, un nouveau vaccin contre une maladie infectieuse est évalué dans le cadre d’essais cliniques avant d'être autorisé, mais ces essais n’incluent généralement pas les femmes enceintes. Afin de déterminer la nécessité ou non de la vaccination pendant la grossesse, les autorités de santé publique évaluent le risque de la maladie pour la femme enceinte et/ou son nourrisson à la naissance en fonction du type de technologie utilisée - c’est-à-dire si le vaccin contient un virus vivant ou inactivé - du fonctionnement du vaccin et de son profil d’innocuité. Si les bénéfices sont plus importants que les risques éventuels, les autorités sanitaires formulent des recommandations en faveur de la vaccination pendant la grossesse.1

Comment déterminer si les vaccins peuvent être administrés aux femmes enceintes ?

Prenons l’exemple de la grippe : lorsqu’une femme est enceinte, son système immunitaire et plusieurs de ses organes vitaux s’adaptent à la présence du fœtus.2  Ces modifications exposent la femme enceinte à un risque plus élevé de grippe aiguë,3 son corps ayant plus de mal à lutter contre les fortes fièvres et l’inflammation causées par la maladie. Une étude a estimé que les femmes enceintes étaient sept fois plus susceptibles d’être hospitalisées en raison de la grippe que les femmes qui ne le sont pas.4 Ces risques élevés incitent les professionnels de santé et l’Organisation mondiale de la Santé à recommander systématiquement la vaccination contre la grippe pendant la grossesse.5

Autre exemple, l’administration du vaccin de rappel Tdap (contre le tétanos, la diphtérie et la coqueluche) pendant la grossesse. L’objectif est ici de prévenir une forme grave de coqueluche chez les nouveau-nés et les nourrissons trop jeunes pour être vaccinés. Contrairement à la grippe, la coqueluche n’est pas saisonnière et circule toute l’année, avec d’autant plus de virulence lors des épidémies. Très contagieuse, de nombreux nourrissons la contractent auprès de membres de leur famille avant même de ne s'être aventurés à l'extérieur.6 Résultat : 80 % des décès liés à la coqueluche surviennent chez des nourrissons de moins de trois mois.7

Infographie sur comment fonctionne la vaccination contre la coqueluche pendant la grossesse pour protéger le nouveau né
Comment fonctionne la vaccination contre la coqueluche pendant la grossesse pour protéger le nouveau né ?

Lorsqu’une femme enceinte est vaccinée, son corps produit des anticorps qui sont transmis au fœtus. Ces anticorps sont présents chez le nouveau-né à la naissance et perdurent entre deux et quatre mois.9  Des études ont montré que l’administration du vaccin Tdap pendant la grossesse réduisait le risque d’infection d’environ 90 % au cours des deux premiers mois de vie, et les décès liés à la coqueluche de 95 % chez les nourrissons dont la mère est vaccinée.10

Portrait de Liana Clark, Responsable médical monde pour les vaccins polio, coqueluche et Hib, Sanofi Pasteur
Au cours de mes années en pédiatrie, j’ai vu trop de nourrissons en soins intensifs ayant des difficultés à respirer à cause de la coqueluche. C’est quelque chose que l’on n’oublie pas.

Liana Clark, Responsable médical monde pour les vaccins polio, coqueluche et Hib, Sanofi Pasteur

Bien que la vaccination pendant la grossesse soit devenue relativement systématique, certaines femmes enceintes hésitent encore. Il est essentiel que ces femmes sachent que les vaccins Tdap et contre la grippe sont régulièrement administrés pendant la grossesse depuis plus d’une décennie dans de nombreux pays du monde. Leur profil d’innocuité est favorable, les études n’ayant révélé aucun effet secondaire grave lié à ces vaccins chez la femme enceinte et le nourrisson.

Concernant la COVID-19, les autorités de santé publique se sont appuyées sur le profil d’innocuité favorable des vaccins homologués lors des essais cliniques au sein de la population générale et ont estimé qu'il était peu probable que ce profil diffère chez les femmes enceintes d’autant plus que le risque représenté par la COVID-19 pour ces dernières était trop important pour ne pas les vacciner. C'est pourquoi les autorités émettent aujourd'hui unanimement des recommandations en faveur de la vaccination contre la COVID-19 chez les femmes enceintes.

Liana Clark, Responsable médical monde pour les vaccins polio, coqueluche et Hib Sanofi Pasteur, et sa fille Zara

En tant que pédiatre et épidémiologiste, je suis une fervente défenseur des vaccins. Les vaccins sauvent des vies, et leur administration pendant la grossesse est fondamentale pour protéger à la fois les femmes enceintes et leurs nourrissons. Ma fille est née avant la plupart des recommandations en faveur de la vaccination pendant la grossesse, mais en tant que mère et future grand-mère, j’espère pouvoir accompagner ma fille à ses rendez-vous le jour où elle sera enceinte afin qu'elle et son bébé soient tous deux protégés contre les maladies infectieuses.

Références

  1. Mackin D. W., Walker S. P. The Historical Aspects of Vaccination in Pregnancy. Best Practice & Research: Clinical Obstetrics & Gynaecology. 2020 : S1521-6934 (1520) 30158-30159. [Consulté en juin 2021]
  2. Tan E. K., Tan E. L. Alterations in Physiology and Anatomy During Pregnancy. Best Practice & Research: Clinical Obstetrics & Gynaecology. 2013 ; 27 : 791-802. [Consulté en juin 2021]
  3. CDC. Flu & Pregnant Women [Consulté en juin 2021] https://www.cdc.gov/flu/highrisk/pregnant.htm 
  4. BMC. Pregnancy as a risk factor for severe influenza infection: an individual participant data meta-analysis [Consulté en juin 2021] https://bmcinfectdis.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12879-019-4318-3 
  5. Rapport de l’OMS. Influenza epidemiology and immunization during pregnancy: Final report of a World Health Organization working group. [Consulté en juin 2021] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0264410X17311258?via%3Dihub 
  6. CDC. Pertussis, Causes and Transmission  [Consulté en juin 2021]  https://www.cdc.gov/pertussis/about/causes-transmission.html#:~:text=Pertussis%20is%20a%20very%20contagious,where%20you%20share%20breathing%20space.
  7. CDC. Pertussis. In : Hamborsky J. et al, edseds. Epidemiology and Prevention of Vaccine Vaccine-Preventable Diseases. 13ème éd. Washington, D.C. : Public Health Foundation ; 2015. 
  8. Winter K, Nickell S, Powell M, Harriman K. Effectiveness of Prenatal Versus Postpartum Tetanus, Diphtheria, and Acellular Pertussis Vaccination in Preventing Infant Pertussis. Clin Infect Dis. 2017;64(1):3-8.
  9. Gall S. A., Myers J., Pichichero M. Maternal immunization with tetanus, diphtheria, pertussis vaccine: effect on maternal and neonatal serum antibody levels. Am. J. Obstet. Gynecol. 2011 ; 204(4) : 334.e331-335.
  10. Amirthalingam G., Campbell H., Ribeiro S. et al. Sustained effectiveness of the maternal pertussis immunization program in England 3 years following introduction. Clin. Infect. Dis. 2016 ; 63(S4) : S236 S236–S243. 

Crédits photo

  • Bannière : © Cavan Images - GettyImages
  • Infographie :  
    • © NoSystem images- GettyImages
    • © SeventyFour- GettyImages
    • © janulla - GettyImages
    • © Siri Stafford- GettyImages
  • Photos : © Liana Clark