Reprendre le rythme des vaccinations de routine

Les mesures mises en place pour freiner et lutter contre la pandémie de COVID-19, notamment le confinement, la distanciation sociale et le port du masque, ont des répercussions sur d’autres aspects de la santé publique. On a par exemple observé un net recul des vaccinations de routine. Selon une étude récente de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 80 millions d’enfants de moins d’un an pourraient être à risque de contracter des maladies infantiles évitables du fait du report ou de la suspension des programmes de vaccination dans près de 70 pays du monde.1

Si les experts espèrent que cette chute n’est que temporaire, ils s’inquiètent de son ampleur. L’OMS a signalé que certains pays d’Afrique, d’Amérique et de l’Est de la Méditerranée affichaient un effondrement de 75 % de la demande de services de vaccination en mai par rapport à février 2020.

La situation en Amérique du Sud est particulièrement préoccupante selon Dr Lucia Bricks, directrice médicale de Sanofi Pasteur dans cette région et ancienne professeure de médecine pédiatrique à l’université de São Paulo : « Je suis inquiète car tous les regards sont rivés sur l’épidémie dramatique actuelle et occultent les autres maladies contre lesquelles nous luttons depuis plusieurs dizaines d’années et qui sont toujours bien présentes en arrière-plan. Au cours des dix dernières années, des épidémies de maladies évitables comme la coqueluche et la rougeole sont apparues, causant nombre de décès. Nous ne devons pas relâcher notre vigilance lorsqu’il s’agit de vaccins qui sauvent des vies. »


Dr Lucia Bricks

"Ce n'est pas parce qu'une maladie infectieuse n'est pas visible aujourd'hui qu'elle a effectivement disparue"

Dr Lucia Bricks, Directrice médicale basée au Brésil

Parvenir à l’immunité collective en replanifiant les vaccinations reportées

Si un vaccin permet de protéger une personne contre une infection, un taux de couverture vaccinale élevé – c’est-à-dire le fait que presque toute la population soit protégée par les vaccins recommandés – offre une « immunité collective » qui contribue à stopper les épidémies.

Selon Dr Bricks, il est crucial de maintenir un taux de couverture vaccinale élevé – aux alentours de 90 % de la population – pour limiter la diffusion des maladies.

Lorsque le taux de couverture vaccinale pour les vaccins de routine chute, comme cela a été le cas au cours de la pandémie de COVID-19, les autorités de santé optent souvent pour une vaccination dite « de rattrapage » afin de maintenir l’immunité collective.

« Les programmes de vaccination de rattrapage indiquent aux médecins et aux familles comment et à quel moment vacciner les patients en cas de retard ou d’irrégularité par rapport au calendrier vaccinal prévu », explique Dr Bricks.2 Dans ce cas, les doses ou les types de vaccins délivré(e)s sont plus rapproché(e)s afin de rattraper le retard de vaccination chez un patient et de limiter le risque de contracter ou de diffuser des maladies infectieuses évitables.

Selon les recommandations de l’OMS et de la majorité des gouvernements, la poursuite et/ou le rattrapage des vaccinations de routine demeure(nt) un service de santé essentiel qui doit être une priorité et ne doit pas être interrompu, dans la mesure du possible, pendant la pandémie de COVID-19.3,4

Le rattrapage se développe

Bonne nouvelle : 75 % des pays participant à l’enquête de l’OMS ont indiqué avoir pris des mesures pour délivrer les vaccins nécessaires aux personnes qui avaient raté des injections. 18 % ont constaté que les niveaux de vaccination avaient déjà commencé à remonter en juin par rapport à avril. C’est une bonne nouvelle même si tous les pays n’ont pas encore connu leur pic épidémique du COVID-19 en juin. Enfin, 85 % des pays interrogés ont fait part de leur intention de promouvoir la vaccination par le biais de grandes campagnes médiatiques et de porte-à-porte.5

Le changement de saison à venir est un bon moment pour rappeler aux familles qu’il est important de vérifier les calendriers de vaccination et de s’assurer que les enfants sont à jour dans leurs vaccins de routine. La situation ne reviendra peut-être pas à la normale tout de suite, mais nous pouvons tout de même protéger les populations en reprenant la vaccination de routine.

Infographie Routine vaccination

Références

1 https://www.who.int/news-room/detail/22-05-2020-at-least-80-million-children-under-one-at-risk-of-diseases-such-as-diphtheria-measles-and-polio-as-covid-19-disrupts-routine-vaccination-efforts-warn-gavi-who-and-unicef  last accessed last accessed September 3, 2020
2 https://www.who.int/immunization/monitoring_surveillance/immunization-and-covid-19/en/   last accessed September 3, 2020
3 Australian Technical Advisory Group on Immunisation (ATAGI). Catch up Vaccination. The Australian immunisation handbook September 20, 2019 ed. Canberra: Australian Government Department of Health; 2018. Date of approval: May 2020 | MAT-GLB-2000243 Page7
4 World Health Organization. Guiding Principles for Immunization Activities During the COVID-19 Pandemic. Geneva, Switzerland: March 26, 2020. WHO/2019-nCoV/immunization_services/2020.1. Available at: https://www.who.int/publications-detail/guiding-principles-for-immunization-activities-during-the-covid-19-pandemic-interim-guidance . Accessed September 3, 2020.
5 Kaja Abbas et al, Routine childhood immunisation during the COVID-19 pandemic in Africa: a benefit–risk analysis of health benefits versus excess risk of SARS-CoV-2 infection. The Lancet Global Health Published:July 17, 2020 DOI:https://doi.org/10.1016/S2214-109X(20)30308-9
6 https://www.who.int/immunization/monitoring_surveillance/immunization-and-covid-19/en/  last accessed September 3, 2020

Ce site utilise des cookies pour mesurer son audience et nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

En savoir plus
OK