Sanofi prend part au Women’s Forum de Singapour



Dans un monde plein d’obstacles et déchiré par les conflits et les divisions, le Women’s Forum for the Economy and Society (WF) a pour ambition de rapprocher les populations et d’abattre les frontières en revendiquant une totale participation des femmes dans toutes les sphères de la vie, publique et privée, ainsi qu’au travail et dans la collectivité.

Alors que l’égalité des sexes fait la Une de l’actualité – depuis la Mostra de Venise qui demande que 50 % des films de son programme soient réalisés par des femmes d’ici à 2020, jusqu’à la pénalité infligée à une joueuse de tennis pour avoir montré son soutien-gorge de sport alors que ses collègues masculins peuvent s’exposer torse nu sans être le moins du monde ennuyés –, le WF invite les responsables et chefs d’entreprise du monde entier à mettre en place des mesures concrètes pour obtenir des résultats tangibles et durables.

Partenaire du WF depuis sept ans, Sanofi souscrit pleinement à ces objectifs.

En tant que partenaire du parcours de santé, Sanofi innove pour des personnes et des communautés en meilleure santé, partout dans le monde et pour créer des ponts entre les cultures et les continents. L’entreprise se félicite de prendre part au dialogue mondial entamé en mai dernier au WF de Toronto, au Canada. Cette réunion a rassemblé 700 leaders du monde entier pour « jeter des ponts », lancer un appel au G7 en faveur du progrès inclusif (Bridging the Gap: A call to the G7 for inclusive progress) et interroger les femmes leaders sur les politiques à mettre en place pour mieux promouvoir l’égalité hommes-femmes et l’émancipation des femmes.

Le manifeste issu de ces débats, qui a été présenté au Sommet du G7 le mois suivant, n’avait rien d’extraordinaire dans ses revendications et se concentrait, entre autres , sur la sécurité des femmes, l’égalité au travail et l’égalité d’accès à l’éducation, non sans appeler toutefois les chefs d’État des pays du G7 à donner l’exemple, à prendre conscience de la valeur des femmes, à les écouter et à les faire participer à la résolution des grands enjeux de société comme le changement climatique.

Ce dialogue se poursuit à Singapour du 12 au 14 septembre, sous le thème « Jeter des ponts entre les mondes en faveur de l'innovation inclusive » (Bridging worlds for inclusive innovation), en présence de leaders des dix pays membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) qui, ensemble, représentent la septième puissance économique mondiale et dont certains pays affichent une croissance économique parmi les plus rapides du monde. Rien d’étonnant par conséquent à ce que la réunion du WF précède de quelques semaines le Sommet des pays membres de l’ANASE en novembre.

La délégation de Sanofi à Singapour est menée par Karen Linehan, Vice-Président Exécutif, Affaires Juridiques et General Counsel et membre fondateur du Conseil pour la parité hommes-femmes de Sanofi (Gender Balance Board), qui prononcera une allocution sur la diversité dans les entreprises des pays membres de l’ANASE (What should diversity look like for ASEAN business?).

Un simple tour d’horizon de la situation révèle que beaucoup reste encore à faire. Dans les entreprises de la région Asie-Pacifique (APAC), les femmes sont bien représentées aux niveaux junior et intermédiaire, mais seulement 10 % d’entre elles parviennent à des responsabilités au niveau des conseils d’administration, même si les entreprises de la région APAC qui comptent des femmes dans leurs conseils sont mieux cotées sur le marché1.

Les obstacles qui empêchent les femmes de gravir les plus hauts échelons de la hiérarchie tiennent en partie aux pressions culturelles qui amènent les femmes, partout dans le monde, à s’imposer des limites et à douter d’elles-mêmes -- « Vais-je devenir une épouse et une mère indigne ? » ; « Si je m’affirme davantage, je vais passer pour une virago » ; « Je ne peux pas tout faire ! ». Certains pays ont également des idées très précises sur le rôle et la place des femmes dans la société. Au Japon, par exemple, il n’est pas rare que les femmes quittent leur emploi lorsqu’elles se marient pour se consacrer à leur famille. Il en va de même, souvent, pour les femmes coréennes qui abandonnent leur emploi pour élever leurs enfants et reprennent une activité professionnelle à la quarantaine, à des postes significativement inférieurs à ceux de leurs homologues masculins. Les obligations familiales empêchent également les Chinoises à accepter des promotions qui les obligeraient à déménager, contrairement aux hommes qui laissent souvent leur famille pour aller travailler ailleurs et avancer dans leur carrière2.

L’exclusion sociale et professionnelle peut même débuter plus tôt dans la vie si l’accès à l’éducation ne se fait pas dans des conditions d’égalité. Ainsi, en Inde, seulement 8 % des jeunes garçons et des hommes sont sans emploi ou sans éducation, contre un peu plus de 49 % des jeunes filles et des femmes3.

Mais tout n’est pas sombre. L’équipe de Sanofi en charge de la parité hommes-femmes a analysé notre performance en matière de parité hommes-femmes en Asie et a obtenu des résultats parfois inattendus. Ainsi, en Thaïlande, en Malaisie et à Singapour, les femmes sont bien représentées (60 % de femmes, contre 40 % d’hommes) et près de 65 % des candidats sont des femmes. Plus surprenant cependant est la proportion de femmes aux postes de senior leader (54 %, contre 46 % d’hommes).

Sanofi au Vietnam et au Cambodge compte également une forte proportion de femmes dans son équipe dirigeante avec un ratio femmes / hommes de 80% contre 20% d’hommes. Malgré cela, l’équipe a découvert que les femmes avaient tendance à rester dans leur zone de confort et qu’elles hésitaient à changer d’attributions. Dans d’autres pays, comme Hong Kong et Taiwan, les équipes sont plus équilibrées et conformes aux futurs objectifs de Sanofi pour l’Asie à l’horizon 2025, soit une représentation égale des hommes et des femmes (50/50) aux postes de senior managers.

Cette quête de l’égalité est précisément ce qui motive l’élan mondial en faveur du changement – un élan qui ne cesse de prendre de l’ampleur et qui culminera avec la troisième et dernière réunion du WF pour 2018, à savoir la Women’s Forum Global Meeting, qui se tiendra à Paris en novembre dans le but de « Jeter des ponts au sein de l’humanité en faveur du progrès inclusif » (Bridging Humanity for Inclusive Progress).

Pour Sanofi, cela revient à ne laisser personne de côté. Un tiers de la population mondiale n’a pas accès à des solutions de santé de qualité et en tant que partenaire du parcours de santé, nous avons un objectif : améliorer l’accès aux soins et à des médicaments de haute qualité pour les populations les plus démunies et vulnérables.

Engageons le dialogue !

Infographie à propos de l’Asie et de la parité hommes-femmes

Références

  1. Bloomberg. Credit Suisse Research.
  2. Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Gender, Jobs & Education: Prospects & Realities in Asia-Pacific.
  3. Diversity and Gender Balance (World Economic Forum Study, 2017).