Combattre ensemble COVID-19 et protéger la santé publique grâce aux vaccins

Nous vivons un moment sans précédent dans l’histoire de l’humanité et l’impact du coronavirus sur notre santé, nos familles et l’économie suscite une grande inquiétude. Pourtant, comme cela est souvent le cas en situation de crise, nous connaissons aussi des moments extraordinaires d’unité, de partage et de bienveillance. 

Sanofi s’emploie, par tous les moyens possibles, à faire sa part dans la lutte contre le coronavirus. Nous nous sommes engagés en particulier, dans le développement des traitements potentiels  et la conduite de deux projets de développement de vaccins. Ces projets sont menés tout en protégeant la santé de nos collaborateurs partout dans le monde  alors que nos équipes  continuent de fournir et de distribuer nos vaccins et médicaments essentiels.

Rôle des vaccins contre le COVID-19

Les vaccins sauvent déjà entre 2 et 3 millions de vies chaque année et pourraient être appelés à jouer un rôle important à long terme dans la prévention et la prise en charge des infections à coronavirus.

En collaboration avec BARDA, l’autorité de recherche et développement biomédical avancée, au sein du ministère de la Santé (HHS) des Etats-Unis, Sanofi Pasteur s’appuie sur sa technologie de vaccin recombinant pour développer rapidement un vaccin contre le COVID-19.

Le développement d’un nouveau vaccin nécessite des efforts précis et hautement techniques afin de concevoir un nouveau mécanisme capable de contrer le virus à l’origine de la maladie. Une fois développé, son efficacité doit être confirmée dans le cadre d’essais cliniques, tout en veillant à sa qualité et à son innocuité.

Tous les vaccins utilisent des fragments du virus cible pour apprendre au système immunitaire à le reconnaître et à le neutraliser rapidement, sans pour autant causer la maladie. Dans la plupart des cas, plusieurs dizaines d’années sont nécessaires pour créer, affiner et développer un vaccin. Mais le rythme de la recherche scientifique s’est intensifié de manière exponentielle ces dernières années et l’aptitude à innover grâce à de nouveaux outils et techniques permet aujourd’hui d’écourter les délais normalement applicables au développement. L’objectif de Sanofi est d'avoir un premier vaccin candidat contre le nouveau virus développé dans les prochains 12 à 18 mois.

Comment accélérer le rythme de développement d’un nouveau vaccin de manière responsable ?

S’agissant du nouveau coronavirus, Sanofi espère accélérer le rythme du développement d’un nouveau vaccin en faisant appel à deux techniques différentes où, dans les deux cas, la collaboration est essentielle, indique John Shiver, Responsable de la R&D Vaccins.

« Dans le cadre de notre collaboration avec la Biomedical Advanced Research and Development Authority des États-Unis, nous employons une technologie existante, développée pour la grippe, que nous appliquons au nouveau virus à l’origine de la maladie COVID-19 », explique-t-il. « Le fait de disposer de la plateforme technologique et de travailler en partenariat est essentiel pour accélérer le processus de développement, dans toute la mesure du possible. »

Ce travail de développement consistera à reformuler le vaccin pour apprendre au système immunitaire à reconnaître, non pas le virus de la grippe, mais plutôt le nouveau coronavirus. Pour l’heure, le projet est aux premiers stades du développement pré-clinique. Sanofi entend passer au stade des expérimentations cliniques le plus rapidement possible et dès que les différents processus scientifiques essentiels le permettront.

Une fois la solution en place, cette technologie devrait permettre de produire le vaccin en grandes quantités, dans des délais relativement courts, car l’infrastructure de production est en place et a déjà été approuvée pour la production de vaccins antigrippe. « Nous disposons d’une plateforme intégrée, validée, qui a donné ses preuves, du vaccin à la vaccination ; elle est par ailleurs prête à l’emploi, depuis la recherche jusqu’à l’industrialisation, et donc en mesure de produire des centaines de millions de doses pour optimiser l’impact sur ce virus et la maladie potentiellement mortelle qu’il cause », ajoute John Shiver.

Dans le cadre d’un second projet de développement de vaccin, Sanofi collabore avec Translate Bio, une entreprise spécialisée dans le développement de médicaments à ARNm (acide ribonucléique messager). L’ARN est en quelque sorte un support génétique qui joue un rôle important dans les fonctions biologiques des matières vivantes, dont les virus et les cellules humaines. Comme l’ADN, l’ARN s’apparente au code d’un organisme.  Dans le cas des vaccins à ARN messager, cette technique consiste à injecter des fragments de l’ARN du virus contre lequel on souhaite immuniser de manière à amener les cellules de l’organisme à fabriquer elles-mêmes des antigènes pour provoquer une réponse immunitaire, sans pour autant déclencher la maladie. Ainsi, l’organisme devrait apprendre à reconnaître et à éliminer le virus.

Il s’agit d’une nouvelle approche. Plusieurs organisations de recherche mènent des études cliniques sur des vaccins à ARNm (contre les coronavirus et plusieurs autres agents pathogènes) mais aucune n’a encore donné la preuve de leur efficacité.

« Il s’agit de deux approches innovantes différentes, mais notre entreprise a un seul engagement : développer un vaccin aussi rapidement et efficacement que possible », conclut John Shiver. Compte tenu du caractère imprévisible de la situation et des connaissances encore limitées dont nous disposons, il est pour l’heure impossible de dire exactement dans quels délais un vaccin sera développé et pourra permettre de commencer à protéger les populations contre la maladie COVID-19. Sanofi travaille dans un contexte qui évolue chaque jour et continue de collaborer avec différents partenaires afin de faire avancer la recherche avec des solutions essentielles pour protéger la vie et atténuer les risques que ce virus fait peser sur la santé.

Ce site utilise des cookies pour mesurer son audience et nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

En savoir plus
OK